Mon évolution (par Cornelia Schneider)

Dernière mise à jour faite le 27 août 2004


J'ai toujours été transgenre (je ne me suis jamais sentie 'homme' de ma vie, j'ai toujours été une copine et consťur tout à fait naturellement acceptée par les femmes), et j'en ai pris conscience à 22 ans, en 1982 (mes parents sont d'ailleurs au courant depuis cette date, et ça ne leur pose pas de problème d'avoir une fille née fils).

J'ai ensuite vécu pendant environ deux ans publiquement dans un rôle social féminin, sans exactement comprendre les mécanismes psychiques et sociaux que je subissais (ce qui n'est guère surprenant, vu qu'à cette époque-là, il manquait strictement toute information publiquement accessible sur la transidentité, sans même parler de groupes d'entraide etc). Par la suite, je suis passée par une période extrêmement sombre (j'en avais déjà subi d'autres, et encore d'autres ont suivi, mais celle-là fut probablement la pire de toutes), faite de dépressions, de psychoses horribles et de drogues dures diverses prises dans le but de me suicider tout en me voyant mourir (j'ai derrière moi une 'carrière' toxicomane de 21 ans, de mes 14 à mes 35 ans, causée essentiellement par ce qu'on appelle la dysphorie du genre, donc le malaise ressenti suite à l'écart constaté entre mon corps et mon âme).

En 1985, j'ai rencontré ma compagne, que j'ai informée de ma transidentité dès les tout premiers instants de notre relation, et qui me soutient entièrement et sans faille à ce jour. Elle a toujours été parfaitement consciente de tout ce que cela implique (y compris qu'elle vivrait un jour de fait en lesbienne en restant avec moi, ce qui a fini par arriver), je lui dois énormément de choses.

Jusqu'en 1988, date à laquelle j'ai (enfin) commencé à travailler, ma vie n'était néanmoins pas beaucoup plus joyeuse, et faite de peu de choses en dehors de défonces diverses. Je ne vivais par contre plus 'en femme', non pas parce que quelqu'un ou des facteurs sociaux m'y auraient forcée ou poussée, mais parce que je réprimais ce désir, par une intuition que je ne saisis toujours pas très bien à ce jour. En 1988, j'ai enfin pris mon indépendance en commençant à travailler (la fac' me sortait depuis très longtemps par les trous du nez, comme j'avais compris que la jolie image de la recherche indépendante que j'en avais était une illusion suffoquée par l'esprit de fonctionnariat et les coteries de petits-bourgeois mesquins qui y règnent, ce qui était à mille lieues de ce que recherchais).

En commençant à travailler, ma situation sociale et psychique s'est un peu arrangée, dans la mesure où je gagnais au moins ma vie au lieu de dépendre du bon vouloir des autres. Mais je continuais à réprimer ma transidentité, probablement parce que je sentais intuitivement qu'il me faudrait plus d'indépendance sociale et personnelle pour la vivre réellement. En 1995, j'ai racheté le commerce dans lequel je travaillais depuis le début, et du coup, mon indépendance est devenue réelle. J'ai à cette occasion très vite constaté que ma carrière dans la défonce (qui durait toujours) devait obligatoirement se terminer rapidement et définitivement si je ne voulais pas tout perdre sous peu. À l'été 1995, j'ai donc radicalement arrêté tout ce qui restait de drogue dans ma vie, et j'ai mis deux bonnes annnées à redescendre du nuage sur lequel je vivais depuis 21 ans, ce qui m'a d'ailleurs fait très bizarre, comme je ne connaissais absolument pas la réalité de la vie et du monde. En même temps, je travaillais beaucoup, même beaucoup trop, au point de devenir presque ergomane ('workaholic', accro' au boulot), ce qui était encore et toujours un réflexe de toxicomanie autodestructrice. J'ai eu du mal à m'en débarrasser, car les réflexes de toxicomane restent à vie, même s'ils s'atténuent. On n'efface jamais son passé, bien qu'on puisse souvent le 'digérer' en quelque sorte et le convertir en quelque chose de positif au présent.

En 1997, je me suis connectée à Internet, et j'ai très vite commencé à l'utiliser pour satisfaire ce que je croyais être mes fantasmes transgenre, ne comprenant que petit à petit qu'il ne s'agissait absolument pas de fantasmes, mais que le besoin d'enfin vivre ma vraie identité (re)commençait à se profiler, probablement parce que je lui permettais enfin à nouveau de s'exprimer. J'ai assez rapidement pris contact, par Internet, avec d'autres personnes transgenre, aux États-Unis d'abord, en Allemagne ensuite, j'ai (re)commencé à vivre 'en femme' fin 1998 et à sortir 'en femme' en septembre 1999, à temps partiel d'abord, mais en allant de plus en plus clairement vers le temps plein, et en juin 2000 j'ai fait la connaissance d'une autre femme transgenre comme moi, qui vit à Strasbourg. Nous sommes souvent sorties 'en femmes' ensemble, surtout du côté allemand de la frontière, comme nous y connaissions chacune du monde, et j'ai peu après fait la connaissance d'une autre 'consťur' strasbourgeoise, Alexandra, qui était alors en train de découvrir sa véritable identité. Nous sommes toujours très proches à ce jour.

Pendant ce temps-là, je vivais depuis quelques années, en particulier depuis ma période quasi-ergomane de trois ans, des problèmes de santé qui allaient lentement mais constamment crescendo, et dont je ne savais pas trop dire à quel degré ils étaient d'origine physique ou psychique respectivement (disparition de toute libido, dépressions régulières et cycliques, insomnies, stress permanent, problèmes croissants de peau et d'ongles, de nutrition etc). En mai 2000, à la faveur de la prise de sang annuelle de routine, j'ai demandé à mon médecin d'également faire analyser mon taux sanguin de testostérone, car je soupçonnais un problème de ce côté-là, et effectivement : j'avais un taux de testostérone sérieusement déficient pour un corps mâle. Dès lors, une seule possibilité de traitement, la substitution hormonale. Et la 'logique' biologique aurait évidemment voulu que je substitue de la testostérone, mais mon âme féminine refusait bien sûr toute masculinisation additionnelle de mon corps, dont la masculinité déjà présente me pesait de plus en plus. Comme entre-temps je m'étais abondamment informée, je savais très bien qu'une substitution aux hormones femelles transformerait infailliblement mon corps (idée qui me plaisait, bien sûr) et me forcerait obligatoirement à vivre définitivement ma féminité à plein temps, autant en privé qu'en public, donc à passer d'un rôle sexué social à un autre, avec toutes les conséquences que cela implique (et je n'étais pas encore décidée à franchir ce pas). Je me suis laissé plus de six mois de réflexion, émaillés de quelques essais de substitution hormonale autant du côté mâle que du côté femelle (c'est ainsi que j'ai d'ailleurs constaté que la testostérone m'est insupportable même physiquement), afin d'être sûre de ne pas courir de risques sanitaires insensés en commençant un traitement substitutif (je suis une grande allergique atopique de nature). Pendant ce temps-là, je vivais de plus en plus publiquement ma féminité, je commençais l'épilation définitive au laser de mon corps en novembre 2000, et en janvier 2001, je pris la décision de commencer ma substitution aux hormones femelles. Pendant environ un an, je me suis fait croire à moi-même que ce n'était finalement qu'un choix dicté par une nécessité médicale (car je ne ressentais pas vraiment le besoin impérieux de faire ma transition sociale définitive, alors que ce besoin est caractéristique de beaucoup de personnes transgenre), mais j'ai fini par comprendre que même sans cette indication médicale, ma décision n'aurait été différée que de peu, car mettre enfin en harmonie mon corps et mon âme était vraiment devenu une nécessité.

Enfin, depuis début 2002, je vis publiquement dans le rôle social féminin 24 h sur 24, aussi au travail, et ça se passe très bien, bien mieux que je ne le pensais en prenant ma décision.

Entre-temps, j'ai créé, depuis mai 2002, ensemble à mon amie transgenre Alexandra, un groupe d'entraide et de support pour personnes transgenre, d'abord par un site Web, ensuite aussi dans la 'vraie vie'. Nous avons activement participé aux Semaines et Marches de la Visibilité Homosexuelle, Bisexuelle et Transgenre de Strasbourg en 2002 (la toute première dans l'histoire de la ville), 2003 et 2004, ce qui nous a permis de gagner un considérable impact militant social et médiatique, et de faire ainsi avancer la cause des transgenre. Nous effectuons beaucoup de travail associatif pour nos confrères et consťurs, ce qui m'apporte une satisfaction réelle, dans la mesure où je ressens le besoin d'aider les gens, de leur rendre ce que d'autres m'ont apporté à une époque où j'en avais moi-même grand besoin.

Ma vie a beaucoup évolué, vers une voie qui est probablement enfin celle que j'avais besoin d'emprunter. Et je me sens infiniment mieux dans ma peau que jamais auparavant. Mais je suis bien entendu toujours la même personne qu'avant, je suis probablement même plus moi-même que jamais je ne l'ai été auparavant.

Si vous désirez lire mon site personnel, cliquez ici.